Notre équipeContactBONUS




 

ACCUEILDernier numéroAnciens numérosActualitéForumLiensPartenaires

Concours


En partenariat avec ARC Music

   Répondez à la question suivante pour remporter un exemplaire du CD Classical Indian Ragas. Tirage au sort parmi les bonnes réponses.
   Fin du concours le samedi 8 octobre 2016 à minuit.
   En jeu : cinq exemplaires.

 Comment s'appelle la version basse du sitar ?
 

Votre prénom et votre nom :

Votre e-mail :

Votre adresse postale :


   Notre partenaire ARC Music nous gâte encore une fois. Classical Indian Ragas – Shadow Of The Lotus (Ragas indiens classiques – L’Ombre du lotus) est un album regroupant cinq morceaux signés par le maestro Baluji Shrivastav. Lui-même alterne entre sitar, surbahar et dilruba, deux instruments moins connus. Le surbahar est en fait la version basse du sitar, tandis que le dilruba est une forme indienne de vièle. Le virtuose est accompagné notamment de Vishnu Sanju Sahai aux tablas.
   Dès les premières notes de l’album, celles du morceau Raag Maru Bihag, un raga du soir, on vibre aux accents d’une atmosphère paisible, mêlant ou se faisant succéder gravité tranquille et légèreté enjouée. Le sitar monte alors progressivement en dynamisme, en densité, en énergie véloce, jusqu’à une frénésie communicative, avant de retomber dans le calme initial dans les derniers instants... La deuxième plage, au sitar également, la plus courte de l’album, est un raga de fin de matinée, Raag Shohbavari, appliqué et spirituel, montant lui aussi en passion maîtrisée.
  
Raag Shahana, le troisième morceau, de près de 27 minutes, s’installe lentement dans les tonalités profondes du surbahar aux accents sacrés, dans un alaap long et complexe qui laisse finalement ouvrir sa porte à la partie rythmique, au diapason de l’ambiance majestueuse de l’ensemble.
  
J’avoue cependant avoir un faible pour les sonorités feutrées et sensuellement rêveuses qui s’enroulent et se déroulent tout au long du morceau Raag Jan Sammohini. L’impression de la danse mystérieuse et mystique de Mohini, l’Enchanteresse, dont on suit les pas ensorceleurs sous le clair de lune de minuit...
   Quant à la dernière plage, Dhun Bhairvi, conçu comme un duo sitar/surbahar, il nous ramène dans un univers musical hindosutani peut-être plus habituel mais lui aussi plein de charme.
   En somme, un album à la fois cohérent et varié, aux séductions certaines...

Haut de page


 


 

Le site de La Nouvelle Revue de l'Inde est une création Scarabée